Monet: Femmes au jardin

Claude Monet (1840-1926) a peint ce tableau vers 1866. C’est une grande huile sur toile (2,55 x 2,05 m), elle est aujourd’hui conservée au musée d’Orsay. On note donc que les personnages sont grandeur nature.

Cette oeuvre de jeunesse nous présente quatre femmes dans un jardin. On peut penser qu’elles sont issues d’une classe aisée. Elles sont vêtues à la mode de l’époque, de robes à crinoline. La finesse des robes à dentelles et broderies nous donnent une idée sur la classe sociale des personnages. Le soleil perce à travers les feuilles et vient éclairer la scène; on a un jeu d’ombre et de lumière dans le tableau.

Monet a peint cette oeuvre en extérieur, ce qui est relativement nouveau à l’époque. Il a donc peint « sur le motif » et il était important pour lui de toujours conserver le même point de vue sur la scène qu’il peignait. De la sorte, comme la toile était très grande et qu’il ne pouvait pas en peindre le haut sans changer de point de vue, il l’a fait en partie enfouir dans le sol. Des poulies permettaient de la manipuler.

Monet a proposé cette oeuvre au Salon de 1867 qui l’a refusée. En effet, cette oeuvre était assez problématique à l’époque: les grands formats étaient traditionnellement réservés aux scènes historiques. On lui reproche également l’absence de sujet de sa toile. En effet, on n’est pas encore habitués aux représentations au quotidien. Enfin, l’oeuvre est composée par touches. Cette nouveauté stylistique sera vue par les membres du Salon comme un manque de technique et ils jugeront cette oeuvre inachevée. Emile Zola, qui a été critique d’art, à écrit sur Femmes au jardin:

« Le soleil tombait droit sur les jupes d’une blancheur éclatante ; l’ombre tiède d’un arbre découpait sur les allées, sur les robes ensoleillées, une grande nappe grise. Rien de plus étrange comme effet. Il faut aimer singulièrement son temps pour oser un pareil tour de force, des étoffes coupées en deux par l’ombre et le soleil. « 

Nous savons que Monet a pris sa femme, Camille Doncieux, comme modèle pour les trois personnages de gauche. Il l’a représentée dans d’autres oeuvres.

On peut voir que l’arbre est le point central de la composition. Il sépare la toile en deux parties distinctes: le chemin d’un côté et les trois personnages de l’autre. Seul un pan de la robe de la femme assise permet de faire le lien entre ces deux espaces. De plus, les jeux d’ombre et de lumière font partie intégrante de la composition de l’oeuvre. Monet cherche ici à rendre l’atmosphère d’un après midi en plein air.

Monet avait réalisé le Déjeuner sur l’herbe l’année précédente. Cette oeuvre est restée inachevée. On considère notre tableau comme étant l’aboutissement de ses recherches sur le rendu de l’atmosphère extérieure; il les avait commencées dans le Déjeuner sur l’herbe. On notera d’ailleurs que le peintre a repris le personnage qui porte une robe à pois dans les Femmes au jardin.

Femmes au jardin est une oeuvre représentative de la société du XIXe siècle: on a en effet une étude précise des robes portées par les bourgeoises. Cela a été l’objet d’une exposition au musée d’Orsay l’an passé: L’expressionnisme et la mode. Le sol de la salle principale avait été recouvert d’herbe en référence à ce tableau. Des robes similaires à celles des personnages étaient présentées.

C.P

Une réflexion sur “Monet: Femmes au jardin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s