Frank Lloyd Wright: La maison de la cascade (1935)

La maison de la cascade ou « Fallingwater » se trouve à Mill Run en Pennsylvanie, près de la ville de Pittsburgh. Cette maison a été construite près du cours d’eau de Bear Run (Appalaches) pour la famille Kaufmann. Edgar Kaufmann (1885-1955) était amateur d’art et le propriétaire d’un grand magasin à Pittsburgh.

La construction et les matériaux

Les travaux, supervisés par Bob Mosher et Edgar Tafel, ont été menés entre 1934 et 1937. La maison principale a une superficie de 268 mètres carrés tandis que la maison d’amis, dont nous parlerons plus tard, mesure 227 mètres carrés.

Avant d’entreprendre les travaux Frank Lloyd Wright (1867-1959) a tout d’abord demandé une étude typographique du terrain. Cet architecte a un processus de création assez particulier: il a mis neuf mois avant de réaliser les premières esquisses de la maison. Il explique cela dans l’un de ses ouvrages:

 » Concevoir entièrement la construction non sur le papier, mais dans l’imagination, avant même de toucher le papier. Qu’elle vive là, prenant peu à peu forme avant de la soumettre à une planche à dessin. […] Il vaut mieux demander à l’imagination de construire et achever le bâtiment avant d’y travailler à l’aide d’une équerre et d’un rapporteur. » In Cause of architecture, 1928.

Wright a choisi de placer la maison au-dessus de la cascade ce qui a étonné les commanditaires. Si elle avait été aux pieds de la rivière elle aurait été mal orientée (au nord). De plus, Wright voulait que les Kaufmann vivent en harmonie avec le bruit de l’eau: « je veux que vous viviez avec la cascade, pas que vous vous contentiez de la regarder, il faut qu’elle fasse partie intégrante de votre vie ».

Fallingwater

Fallingwater est essentiellement réalisée en pierre, en béton armé et en verre. Les murs porteurs sont en pierres taillées qui proviennent des bords de la rivières. Elles ont été taillées différemment en fonction de leur utilisation dans la maison: murs, terrasse, marches. Parfois ces pierres forment même des étagères, comme dans la « master bedroom ». L’architecte a essayé de composer au maximum avec les éléments naturels présents à Mill Run.

Les terrasses en béton armé ont permis de créer des coffrages autour des arbres: l’architecte ne souhaitait pas détruire le site naturel et l’a donc intégré au bâtiment. Ces coffrages abritent les installations électriques. Les terrasses sont en porte-à-faux ce qui permet d’abriter les étages de la pluie et du soleil.

Quelques problèmes sont survenus lors de la construction:

L’ossature de la maison contient beaucoup de tiges en acier mais celles-ci étaient trop rapprochées et le béton n’a pas coulé de manière homogène. Cela a engendré une fragilité de la structure. On remarque aussi un affaissement du porte-à-faux principal et des fissures dans le béton. En 1999 Fallingwater a par exemple subi un affaissement de 18cm. Selon le bulletin des amis de Fallingwater publié à l’époque, il n’y avait pas encore assez d’acier pour maintenir la structure. Enfin on observe encore aujourd’hui l’apparition de moisissures due à la proximité avec la rivière.

Influences

Le modernisme ambiant

Wright a tout d’abord été naturellement influencé par les idées de son époque: il utilise des nouveaux matériaux comme le béton armé et l’acier. Il s’intéresse également aux éléments préfabriqués. Wright s’oppose cependant à ses contemporains en prônant l’usage de matériaux naturels qu’il laisse bruts, contrairement à ses collègues de l’école de Chicago  qui les enduisent ou les peignent pour répondre aux goûts des usagers.

ŒUVRESPRÉCÉDENTES

« Les idées mises en oeuvre ici ne sont en aucun cas différentes de celles de mes précédentes réalisations. Les matériaux et les méthodes de constructions en sont issus. Les effets que l’on voit dans cette maison n’ont rien de superficiels et sont en parfaite logique avec les maisons de la prairie de 1901-1910 » In On architecture

De la Robie house (1909) on retrouve par exemple la ligne horizontale et les balcons.

Le Japon

Pour plus d’informations cliquez sur le lien vers l’article l’influence du Japon chez Wright.

La nature

La maison à la cascade s’inscrit dans l’architecture organique, c’est-à-dire une architecture qui favorise l’harmonie entre l’habitat et l’humain. Wright a de la sorte intégré les arbres présents sur le site au bâtiment. Il a aussi conservé les roches de la cascade dans le salon et le mur arrière de l’édifice s’appuie sur la paroi rocheuse. C’est pourquoi on a souvent comparé Fallingwater à une caverne…

Cette idée de naturel se manifeste également à travers la palette chromatique employée. De l’ocre clair a été choisi pour recouvrir le béton, du rouge cherokee pour l’acier. Une entreprise de Pittsburgh a travaillé sur le chantier afin de créer des des peintures capables de résister aux contraintes climatiques du lieu comme l’humidité.

L’idée était donc de faire entrer la nature dans la maison et de transformer les contraintes du site en atouts de charme.

La maison

La maison s’organise autour d’une « tour centrale » en pierre naturelle qui abrite la tuyauterie et les conduits de cheminée: les pièces de la maison rayonnent en porte-à-faux par rapport à cet axe central . Il y a une nette opposition entre la verticalité du corps central et l’horizontalité des trois étages et des terrasses.

On accède à la maison par un pont qui enjambe le cours d’eau.

Le rez-de-chaussée

Après avoir traversé le hall on rentre dans la cuisine, assez moderne pour l’époque. Elle est équipée d’armoires en métal et d’une cuisinière. La table en formica a été dessinée par Wright.

La salle à manger et le salon constituent la pièce principale. Les murs en pierre sont restreints et laissent la place à de grandes baies horizontales. Le sol est en pierre, ciré avec un produit de la Johnson Wax company. Cela fait un parallèle avec les roches humides de la cascade. Un escalier suspendu en béton, entouré de verre, descend vers la cascade.

L’élément le plus important de l’étage est la cheminée: elle conserve les roches naturelles de la cascade qui ressortent du sol. Cela renforce l’impression de se trouver dans une caverne naturelle.

Les étages

Les chambres se trouvent dans les étages; chacune a sa propre salle de bains et sa propre terrasse.

Au premier étage se trouvent les chambres de M. et Mme Kaufmann. La chambre du maître de maison comprend une cheminée et un dressing. On a l’impression ici que les vitres passent au travers du mur de la cheminée. La terrasse attenante à cette chambre est la plus grande de la maison. Le bureau de Kaufmann se situe au même étage.

La maison d’amis

Un escalier en béton relie la maison d’amis à la maison principale. C’est une prouesse technique car il est semi-circulaire. Des colonnes le supportent sur l’un des côtés. C’est la structure courbe de l’escalier qui le rend stable.

Le rez-de-chaussée comprend un garage, un salon, une blanchisserie et une chambre. Cette dernière donne sur une piscine naturelle dont les bords renvoient aux terrasses en porte-à-faux. L’étage comprend trois chambres et une terrasse.

La décoration et l’architecture respectent le style de la maison principale. Il y a donc une véritable continuité entre les deux bâtiments.

Le mobilier

Le mobilier de la maison à la cascade a entièrement été conçu par Wright: portes, cadres de lit, chaises, lampes… Chaque élément est en adéquation avec l’architecture. Les meubles sont généralement en bois de noyer pour répondre au caractère naturel de la maison. Pour les protéger les vitres ont été remplacées par des filtres ultraviolets lors d’une restauration. Enfin, le mobilier du salon est inamovible. Les poufs sont en mousse de latex et en bois.

La décoration est assez sobre afin de laisser toute la place à la structure si particulière de l’édifice.

La maison à la cascade: un succès architectural

La réalisation de la maison a connu un franc succès: elle a fait la couverture du Times en 1938. En 1961 l’American Institute of Architects l’a élue « ouvrage architectural américain le plus important de l’Histoire ».

Alfred Hitchcock s’est lui aussi intéressé à Fallingwater: il s’en est inspiré pour créer la maison de La mort aux trousses en 1959. Cette dernière a été construite pour les besoins du film.

Fallingwater est donc une oeuvre originale qui montre toute l’ingéniosité de Wright. Des liens permanents entre intérieur et extérieur sont établis et nous donnent l’impression de nous trouver dans un refuge naturel. L’architecte considérera cette maison comme son chef d’oeuvre, il en résume d’ailleurs l’essence dans cette citation:

« [Fallingwater] est l’expression vibrante du principe de sérénité où forêt, rivière, rochers et tous les éléments forment une association si tranquille qu’en fait vous ne percevez aucun bruit quel qu’il soit, bien que la musique du torrent existe. Vous écoutez Fallingwater de la façon dont vous écoutez le calme de la campagne. »

C.P

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s